Traduire cette page dans votre langue
https://translate.google.fr

 

JAMichel Boisvert (JAM) Artiste-chercheur en arts visuels au Québec

DÉMARCHE ARTISTIQUE


Mars 2019

portrait démarche

JAM artiste-chercheur

Page web: http://www.michelboisvertrecherchesculpturale.com

Courriel: michel@michelboisvertrecherchesculpturale.com

Regarder le projet de JAM pour la culture francophone: http://www.michelboisvertrecherchesculpturale.com/projetartpauvrete-investir.html

 

22 mars 2019

Populaire ou élite

En art la gloire et la reconnaissance semblent être la motivation des artistes. Lorsqu'on regarde de plus près, lorsqu'on regarde derrière le décor, on trouve d'autres motivations. Celle de faire de l'art étant la plus populaire. Dans certains contextes du genre de celui qui existe actuellement avec la culture de la rentabilité, l'argent devient pour certain un genre de motivation. Encore une fois il faut regarder plus spécifiquement derrière cette motivation et on trouvera d'autres motivations. Mais sans conteste cependant, l'idée de devenir populaire a effectivement une influence sur la décision des artistes de s'offrir au public.

Moi j'ai choisi étant très jeune de ne jamais devenir populaire. Probablement au début je ne savais pas pourquoi, mais cela ne m'intéressait pas de communiquer avec les autres ou de répondre à leurs attentes. Aujourd'hui je connais mieux mes valeurs et je peux dire que la popularité ne m'intéresse pas parce que ce n'est pas pourquoi je fais de l'art. Je n'ai aucun besoin pécuniaire ni besoin de gloire. Je considère la démarche en art le but ultime pour faire de l'art. Je pense que le fait de faire de l'art est la motivation nécessaire pour l'artiste. Faire est le but de l'art. Être en art c'est l'ultime vie pour l'artiste. Tout le reste est inutile et n'a aucune importance pour celui et celle qui font de l'art. Être en art est la récompense puisque l'énergie vitale de l'artiste ce trouve en art.

Ma démarche en art est ce qui me motive à faire de l'art. Les découvertes que je fais en art proviennent de la capacité que j'ai à vivre dans l'art.

Je désire aussi parler des deux formes de l'art. Puisqu'il y a deux formes d'humains, il doit en conséquence y avoir aussi deux formes artistiques.
1-        La forme contenant le plus d'individus est celle dite populaire. Celle-ci est un genre instinctif comme chanter dans sa douche, danser lorsqu'on entend de la musique, dessiner dans le sable ou faire un bonhomme en plasticine à la garderie. Il y a donc des artistes populaires qui font de l'art populaire qui rejoint les gens vivant dans un état d'esprit populaire. On peut les qualifier de populaire parce qu'ils ressemblent dans leur forme artistique à la population, au peuple. Cela n'est pas péjoratif. Au contraire, c'est une sensibilité artistique qui doit répondre à des critères très exigeants.

2-        La forme contenant une plus petite quantité d'individus est celle de l'élite. C'est une forme royale destinée au pouvoir. Elle est structurée par un ministère et par des institutions académiques universitaires. Les artistes reçoivent des mentions, des diplômes, des prix et des bourses. Lorsqu'ils sont gradués ils reçoivent des subventions et répondent à des critères établis par le pouvoir en ce qui concerne les contrats qu'ils doivent remplir. Cette forme a toujours existée. Au début pour encensé le pouvoir des rois et plus tard pour répondre à des exigences commerciales de représentation des différents pouvoir économiques qui sont dominants actuellement.

Moi j'ai travaillé pour les deux formes jusqu'aux années 90, puis je suis passé à autre chose. Je ne m'intéresse pas ni à la forme populaire ni à la forme élite.
Je crois que l'art ce situe ailleurs dans une dimension spirituelle de l'inconnu et c'est dans cette dimension que je performe en art. Je crois que par l'art tous les individus peuvent se rejoindre dans une âme éternelle. Comment exprimer cette dimension est ce que je cherche à trouver comme artiste.