Traduire cette page dans votre langue
https://translate.google.fr

 

JAMichel Boisvert (JAM) Artiste-chercheur en arts visuels au Québec

portrait démarche

Page web: http://www.michelboisvertrecherchesculpturale.com

Courriel: michel@michelboisvertrecherchesculpturale.com

DÉMARCHE ARTISTIQUE  

Mars 2019                    

Je me rencontre de l'effet des décisions culturelles que j'ai prise tout au long de ma carrière d'artiste qui pour la plupart m'ont placé en confrontation avec la montée de la culture financière internationale qui a remplacé la plupart des cultures locales dans les multiples pays du monde. Aujourd'hui ce sont les marchands qui décident des thèmes en art et la plupart de ces décisions sont en relation avec le bien être financier des préoccupations financières qui occupent l'esprit des représentants de la culture locale du Québec. Faire des choix financiers dans un contexte culturelle c'est de la démagogie qui n'est payante que pour le pouvoir dominant et politique en place. Ça n'apporte rien au peuple et encore moins à sa culture francophone Québécoise.  Ma position d'artiste francophone au Québec est en désaccord avec la politique culturelle du ministère des affaires culturelles qui agit sous le commandement du premier ministre qui lui répond aux attentes d'Ottawa en matière de gain politique auprès des investisseurs qui veulent imposer leurs propres cultures au Québec. Parce que je suis un petit artiste sans influence mon art est refusé par le ministère qui ne veut pas que j'intervienne comme confrontation publique de sa politique culturelle en faveur d'une ouverture à l'influence des autres cultures sur le territoire du Québec. La politique du premier ministre du Québec est celle de favoriser les investissements étrangers et de ne pas faire de vague avec la culture francophone locale en la plaçant d'une manière dominante et conflictuelle envers les cultures étrangères qui veulent occuper le territoire du Québec. Autrement dit, les cultures étrangères sont chez elles ici au Québec parce que notre politique culturelle est sous la domination d'Ottawa qui préconise le multiculturalisme au détriment de la culture locale francophone. L'influence de l'argent sur notre culture francophone est en définitive un genre de génocide culturel qui fait de notre culture francophone une culture en déclin. Nos artistes doivent répondre aux exigences politiques pour être admis sur la place publique, dans nos musées et galeries subventionnées. Aucune critique politique ne doit venir des artistes sinon ils sont boycotté par le ministère parce qu'ils font du tord à la politique du Québec qui s'appui sur les investissements étrangers pour survivre.

C'est pour sauver la culture francophone Québécoise que je propose le projet "L'art pour la pauvreté" http://www.michelboisvertrecherchesculpturale.com/projetartpauvrete-investir.html

Traduire cette page dans votre langue https://translate.google.fr