JAMichel Boisvert (JAM) Artiste-chercheur en arts visuels au Québec

portrait

Page web: http://www.michelboisvertrecherchesculpturale.com

Courriel: michel@michelboisvertrecherchesculpturale.com

DÉMARCHE ARTISTIQUE  

Août 2019                   


 

DÉMARCHE ARTISTIQUE

 

 

            L'art fonctionne selon certains experts en art à partir d'un concept.
Je suis contre l'idée du concept en art. Chaque oeuvre que je construis même si elle se situe dans une recherche, une étude ou qu'elle sert le propos d'un thème, est autonome. L'oeuvre décrit soit une humeur soit un caractère humain. Je peux mettre plusieurs oeuvres avec son propre langage autonome côte à côte avec d'autres oeuvres possédant elles aussi leur propre langage autonome dans une exposition sur un thème parce que toutes ces individualités mise ensemble décrivent une harmonie de vie en commun. Les oeuvres sont autonomes parce que les gens sont autonomes et que l'art décrit les gens.

L'oeuvre comme élément autonome est un principe que j'utilise depuis la toute première oeuvre que j'ai créé il y a plusieurs années. Ce qui change entre les oeuvres individuelles c'est le temps qui avance et modifie certains éléments humains.
 
Je n'élabore pas de concept selon les codes artistique imposés par le ministère des affaires culturelles parce que les besoins politiques sont inutiles en art. L'art ne peut pas vivre dans un concept parce que le concept est une illusion qui n'a aucune forme. En arts visuels, l'art est transporté par l'objet et non contenu dans un concept. Les objets contenus dans un concept, si on les retire de leur concept ne veulent plus rien dire.

L'idée qui est à la base de l'art conceptuelle provient d'une obligation régit par l'autorité en place et cette autorité ne demeure jamais longtemps au pouvoir. Il faut donc que l'artiste n'en tient pas compte parce que l'art est éternel et que les pouvoirs humains sont éphémères.
Le fait de vouloir plaire à l'autorité ne va pas avec le principe de l'art, c'est une faiblesse de l'individu artiste.

L'art est avant toutes les considérations individuelles ou les considérations de masse, une structure de pensée qui n'a pas à plaire à l'autorité. Les individus doivent apprendre de l'art et non essayer d'imposer leur volonté à l'art pour obtenir quelque chose de l'art.
L'idée qu'un artiste doit se soumettre à une autorité autre que l'art est anti art et ne procure rien de valable au niveau artistique. Puisque l'art décrit l'humanité celle-ci ne peut pas intervenir pour y changer certains éléments  parce que cela provoque une lecture fausse de la vérité. L'art c'est une vérité qui doit être autonome. Lorsque l'autorité établie qu'un commissaire va décider de ce qu'est l'art, on n'est plus dans l'art, mais dans la dictature sociale qui régit et gouverne.

En conséquence, mon rôle comme créateur d'oeuvres d'art n'est pas de répondre à un marché qu'il soit économique, politique, ou culturel.
Comme créateur j'aborde l'art par des objets individuels. Je décris une chose, une pensée, une humeur contenue dans un objet unique qui ne suit pas les dogmes imposés. L'oeuvre décris par l'objet contient en soi toutes les informations pour être appréciée comme objet artistique. Je n'ai pas besoin de la mettre dans un contexte politique. Elle est à l'aise dans tous les contextes de vie.



 Je propose également des concepts qui touchent à l'art mais ces concepts ce situent dans une autre catégorie qui est sociale par une intervention citoyenne comme le projet "L'art pour la pauvreté" http://www.michelboisvertrecherchesculpturale.com/projetartpauvrete-investir.html

 


 

Pour traduire cette page dans votre langue, copier le texte et coller le dans: https://translate.google.fr