Traduire cette page dans votre langue
https://translate.google.fr

JAM artiste chercheur en arts visuels

(JAM est l'acronyme de Michel Boisvert) Email

Avril 2018

Démarche artistique

La recherche, description

 

Dans ma démarche artistique j’agis comme chercheur en art.  J’ai accumulé des expériences à l’intérieur de ma pratique comme technicien sur la construction d’œuvres monumentales, ainsi que sur la construction de décors et aussi comme constructeur de modules de décoration en architecture et en fabrication d’œuvres d’art pour le commerce en art.
Ces expériences découlent de ma capacité à comprendre le besoin et à trouver les éléments de la composition par une forme de recherche qui utilise l’équation de l’analyse du problème à régler. Ce que je trouve ne correspond pas nécessairement à ce que les techniciens vont trouver pour résoudre le même problème. La différence entre ma solution et la solution technique, réside dans le fait que j’inclus dans la solution une démarche avec une intention artistique. Les individus et sociétés qui ont fait affaire avec moi pour fabriquer leurs trucs, n’ont surement pas apprécié que je les utilise pour mettre en place mes créations. Je crois pour ma part que ce fut un bel échange qui a rapporté à chacun une juste part de revenu.
Je devais gagner ma vie en fabricant de l’art pour acquérir des connaissances pratiques tout en offrant aux investisseurs un objet à peu près proche de ce qu’ils désiraient obtenir. Cet à peu près me suffisait et a semble t’il aussi suffit aux investisseurs puisqu’ils m’ont permis d’être actif pendant 30 ans comme constructeur d’art au sein de la communauté.
Pour moi ce parcours m’a permis de comprendre les humains, de comprendre la société et de comprendre mon travail de chercheur en art.

Je ne bafoue pas l’art en transgressant les règles inscrites en art par des individus non artistiques puisque je respecte les exigences de l’art à tous les niveaux. Ceux qui bafouent l’art ce sont les mêmes qui exploitent les individus en installant des règles qui leur conviennent à leur niveau de commerce ou de politique. Ce que je cherche ne ce trouve pas en art mais dans la vraie vie.

Pour comprendre la démarche du chercheur en art, il faut comprendre les intentions de l’art dans la société. Les intentions sont multiples puisse qu’il y a un grand nombre d’individu qui utilisent l’art comme bon leur semble. Le chercheur développe un autre but que celui d’utiliser l’art pour lui-même. Le chercheur utilise ses capacités à comprendre comment transférer ce qu’il observe dans l’humanité en description artistique. La recherche permet d’apporter des transgressions de ce que contient l’humanité en fabricant des éléments de parole. Cette parole prend un aspect de conte qui révèle ce que nous sommes. Ce sont des images qui révèlent ce que nous sommes. Ces images le chercheur artiste tente de leur faire dire quelque chose qui correspond à sa vision de ce que nous sommes. C’est effectivement un simple point de vue qui devient dans la pratique une référence pour les autres. Ceux qui s’intéressent à l’art font confiance à ce point de vue comme étant un simple point de vue mais peuvent à partir de ce point de vue personnel attribuer autre chose à l’observation ainsi détaillée sous forme d’image.
 
Dans la recherche plusieurs options sont en symbiose pour apporter à l’ensemble fini un aspect définitif dans l’expression.
L’expression est le mot clé dans l’objet qui défini l’art. Cette expression est ce que la recherche permet de trouver.

Comme chercheur en dehors de ma pratique artistique je dois tenir compte de plusieurs facteurs sociaux qui souvent ne sont pas en évidence puisque le problème dans l’observation de l’humanité réside dans la fonction même de l’humain vivant en société. Ce problème est défini par l’état de mensonge qui réside dans le rapport entre les individus. Ce problème se cache dans la relation qu’établissent les individus entre eux.  Tout ce qui apparaît dans l’observation cache une vérité qui n’est pas évidente. Il faut à partir de la recherche établir ce qui est faux de ce qui est vrai. L’objet final montre le parcours de la recherche pour trouver la vérité. C’est cette description qui devient l’expression. Il y a de nombreux exemple qu’on peut utiliser comme référence. « Le cri » cette œuvre picturale connue me semble en occurrence être l’exemple le mieux adapté pour décrire la recherche de la vérité inscrite comme un travail de recherche en art. L’auteur montre un personnage qui courre vers une sortie en criant. Il fuit quelque chose comme une évidence dans ce témoignage. Mais il fuit quoi au juste, l’auteur ne le dit pas. C’est à nous d’imaginer une horreur quelconque. Ce travail ne montre pas la vérité mais la suggère.

La recherche en art établi le fait qu’il n’y a aucune barrière dans l’expression artistique et que chacun peut y aller de sa propre imagination pour fabriquer de l’art. Ceux qui mettent une barrière en art sous forme de règles à suivre, le font parce que cela leur convient personnellement et non parce que l’art doit être règlementé.
La recherche permet de trouver des alternatives de composition qui servent de référence à l’évolution de la pensée qui est en constante avancée. Ce qui était n’est plus parce que ce qui est a remplacé ce qui était et que ce qui sera remplacera ce qui est aujourd’hui.