JAMichel Boisvert (JAM)

Artiste-chercheur en arts visuels au Québec

Portrait

Page web: http://www.michelboisvertrecherchesculpturale.com

Courriel: michel@michelboisvertrecherchesculpturale.com


 

Démarche artistique

1er juillet 2020

JAM est un artiste autodidacte qui s'instruit par la vie en participant activement à l'essor de l'art par une implication dans la société au niveau des arts visuels.
Il conçoit des oeuvres plastiques diffusées internationalement, des installations en milieu artistique et impose ses idées dans les structures sociales en intervenant au niveau administratif comme conseillé. Il développe des projets qui apportent à la communauté un point de vue différent dans le but d'une prise de conscience humaine dans la structure mécanique de la société.

 

Sans la chute de l'homme vers les abysses froids et terrifiants de l'inconnu aucun savoir de l'esprit ne peut émerger. (Tiré du roman "Villa Vortex")

La démarche en art de JAM ce situe dans la destruction.
L'artiste a compris que pour que son esprit émerge d'une situation malfaisante, ignominieuse, perturbante, sans espoir d'avenir comme ce que la machine offre aux gens, il devait détruire cette proposition de son esprit. La société qui est toujours en évolution parce que les tendances économiques l'exigent, laisse derrière elles des cadavres humains dont personne ne tient compte. L'art qui est une situation de l'esprit qui cherche avant tout à glorifier l'âme humaine trouve ces cadavres et leur apporte la gloire qu'ils méritent.
JAM détruit les symboles artistiques qui conduisent à la gloire de la machine qui base son fonctionnement destructif sur l'esclavage des êtres humains, sur la destruction de notre environnement, et sur la sur consommation industrielle. C'est une destruction des symboles du mal fait aux humains qui l'occupe. Un symbole qui est difficile à détruire, c'est celui du bienfait toujours présent dans l'évolution sociale.
Ce qui est bien fait semble toujours avoir la palme auprès des gens. Si on propose deux versions d'un objet artistique aux gens, la première version étant une oeuvre bien fait et la deuxième étant une oeuvre mal fait, les gens vont toujours choisir celle qui est bien fait, peu importe ce qu'elle représente.
Ce choix est un défaut de l'esprit qui est généralement occasionné par la folie qui réside à l'intérieur du cerveau humain. Ce défaut humain cherche la perfection en tout et le bien fait lui apparaît comme étant parfait.
En art on apprécie les oeuvres esthétiquement bien fait et on rejette ce qui est mal fait.
JAM propose toujours des oeuvres mal fait pour signifier qu'il ne veut pas participer au mal généré par la machine qui broie toutes les âmes.
Cela produit un effet de rejet qu'il véhicule depuis plus de 40 ans. Ce rejet affirme que les gens ne veulent pas d'art dans leur vie ou ne veulent pas être associé à l'art de peur qu'on les méprise. Les gens veulent être appréciés et c'est pourquoi ils veulent ce qui est bien fait et la machine offre ce bienfait aux gens.
L'art est selon JAM, un chemin qu'il faut utiliser pour atteindre sa propre évolution. En proposant quelque chose de détruit JAM propose aux gens de se regarder comme des destructions par le fait qu'ils contribuent à leur propre destruction comme humain en encourageant la machine à les détruire.  

 


Vous avez aussi accès ici par le lien suivant à la lecture du projet de JAM, "L'art pour la pauvreté" qui fait partie des projets de recherche dans la société que JAM essaie de faire valoir.
http://www.michelboisvertrecherchesculpturale.com/projetartpauvrete-investir.html

L'art pour la pauvreté est une façon de mieux vivre comme artiste par une implication directe de son art avec les autres.


Pour traduire ce texte, copier et coller le dans https://translate.google.fr

Ou installer le logiciel de traduction suivant sur votre ordinateur: https://www.toucharger.com/macintosh/bureautique/traducteur/

Ou encore mieux utiliser avec Chrome le logiciel de traduction vocale suivant: https://speechlogger.appspot.com/fr/


Retour à la page principale